Montceau les Mines ADA 3

AU RETOUR DE L’ASSEMBLÉE DES ASSEMBLÉES 3

Pour tou-te-s celles et ceux qui samedi n’ont pas eu l’occasion de participer à notre présentation nécessairement sommaire des débats de la troisième Assemblée des Assemblées (AdA 3) à Montceau-les-Mines nous conseillons vivement de se plonger dans les très riches actes des délibérations – horizontales et contradictoires – que nous vous mettons ici à disposition.

Les différents axes, au nombre de six, vous permettent d’aborder les thèmes qui vous intéressent prioritairement, de prendre note des débats de l’assemblée plénière, des synthèses élaborées dans les ateliers de chaque axe, là où ils ont pu se faire jour, des dates et événements pour lesquelles nous appelons à des convergences GJ et/ou avec d’autres mouvements sociaux, secteurs ou professions en lutte, soutiens au RIP, ainsi qu’une trame d’actions, subversions et désobéissances civiques etc. auxquelles l’Ada 3 invite l’ensemble des groupes GJ à participer.

Revenir à la culture et aux références intellectuelles est également une nécessité pour battre en brèche la confusion des signifiants. Si on se remet à lire, à penser, à affirmer la valeur de concepts historiques du débat d’émancipation, aujourd’hui balayés comme s’ils étaient insignifiants, si on réinjecte du sens là où il n’y en a plus (l’insignifiant signifié), quitte à être ou paraître marginal, on avance politiquement. Ce n’est pas un hasard si le langage lui-même est aujourd’hui attaqué.

Notez bien que tout doit s’élaborer à la base (ce fut le cas à Monceau-les-Mines)  chacun de nous est responsable de ses actes et de ses pensées en sachant que le principe hiérarchique est depuis toujours ce qui résiste à l’émancipation des hommes et leurs luttes historiques pour la liberté. Aucune révolution ne sera désormais digne de ce nom si elle n’implique dès le départ au moins l’élimination radicale de toute hiérarchie.

« Tous ceux qui parlent de révolution et de lutte de classe sans se référer explicitement à leur vie quotidienne, sans comprendre ce qu’il y a de subversif dans l’amour et de positif dans le refus de contraintes et des rapports hiérarchisées, ceux-là ont dans la bouche un cadavre. »

Rendons nos cerveaux et nos vies indisponibles à la logique marchande qui englobe désormais le vivant comme la matière et finira fatalement à détruire la planète toute entière si nous ne l’arrêtons pas.

Tout reste donc à inventer : un nouveau monde est désirable !

Nous n’avons d’ailleurs guère le choix.

« Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau. » Saint-Just

Gerhard, un des trois délégués GJ de l’Uzège à l’AdA 3

p.s. Deux liens pour tout savoir sur les AdA’s : assembleedesgiletsjaunes.fr & giletsjaunes-coordination.fr

 

Samedi 29 – Plénière 9h-13h

 

RÉSUMÉ – Les rapporteurs de chaque atelier ont présenté la synthèse des débats de la veille pour les 6 ateliers (RIP, capitalisme, assemblées locales, actions, ADA, convergences). Chaque synthèse a fait l’objet de débats et de votes retransmis en live, à part l’axe 4 (actions) pour lequel les journalistes ont dû sortir de la salle. Des textes de motions, retranscrits ici, ont été présentés à l’appréciation de l’assemblée.

Les votes les plus importants ont porté sur les points suivants :

  • Adoption d’une commission révocable pour organiser les ADA (OUI),
  • Création d’un journal papier des Gilets Jaunes (OUI),
  • Appel à la tenue d’assemblées locales, départementales et régionales (OUI),
  • Examen du « socle commun » de Nicolle, Ludosky et Rodrigues (NON),
  • Rappel que tous les composantes des Gilets Jaunes peuvent participer à l’AdA en étant mandatées par un groupe (OUI),
  • Création d’un comité d’organisation avec des représentants de plusieurs régions (OUI), d’anciens organisateurs d’ADA (OUI) et d’autres groupes (OUI),
  • Proposition d’un appel minimal contenant les principales exigences de démocratie directe et les prochaines dates d’actions (OUI).
  • Proposition d’un « village Gilet Jaune » au contre-sommet du G7 (OUI).

 

Pour l’organisation de la prochaine ADA, un vote consultatif a été réalisé pour déterminer les dynamiques des 4 candidatures. Montpellier est arrivé en tête devant Langon, Fréjus et Aurillac. Clermont s’est proposé pour la cinquième ADA. Le choix du lieu de la prochaine ADA est à déterminer en fonction des votes des assemblées locales. Un groupe de travail s’est constitué pour finaliser l’appel de Montceau-les-Mines.

 

*

 

Table des matières

AXE 1 : RIP ————————————–……………………………………………………………………….. 2

AXE 2 : Capitalisme ————————–………………………………………………………………………… 3

AXE 5 : ADA ———————————-………………………………………………………………………….. 5

AXE 6 : Convergences ——————————-……………………………………………………………….. 8

AXE 3 : Assemblées Locales —————————………………………………………………………….. 11

AXE 4 : ACTIONS ———————————…………………………………………………………………… 13

CANDIDATURES AUX PROCHAINES ADA ——————-…………………………………………………. 15

 

*

 

 

 

L’assemblée commence par une explication des inscriptions pour les prises de paroles et des votes : jaune (oui), vert (non), blanc (abstention). Le clown fait faire un exercice de respiration collectif pour apaiser les esprits.

 

Fatch : Je voulais faire un bilan très positif sur la journée d’hier. Le tirage au sort pour travailler sur les axes, c’est bien. Gérer autant de personnes, ce n’est pas évident, on perd du temps, mais cela c’est spécifique à toute assemblée. Il est plus facile à certaines personnes de prendre la parole : laissez la parole aux plus timides, car certains n’osent pas parler. Le problème majeur de ce week-end, c’est la chaleur – ça, on ne peut pas le programmer (rires). Si vous avez besoin de boire, n’hésitez pas à le dire. Merci de votre indulgence et de votre patience.

 

Elsa : Certains n’ont pas spécifié l’axe sur lequel elles voulaient intervenir : merci de venir les inscrire entre temps. Je vais appeler les rapporteurs de l’axe 1 pour faire un bilan, suivi par les prises de paroles.

 

Le Clown demande le silence.

 

Elsa : Je vais appeler le groupe 1. On a voulu organiser une prise de parole pour les personnes qui n’ont pas pu dire ce qu’elles souhaitaient. Là, on a vraiment beaucoup d’inscriptions, ce n’est pas sûr que tout le monde passera. On ne peut pas remettre en cause ce qui a été fait hier et le vote n’est pas une fin en soi : parfois il n’y en a pas besoin ou on peut le faire plus tard, avec une plateforme en ligne. Comme hier, on passe l’acte 4 [actions] à la fin après avoir fait sortir la presse. Et on élira le groupe d’organisation de la prochaine ADA. On aura la pause de midi, on a prévu un temps de tournage d’appel vidéo et après il y aura les sujets libres par thème : citoyenneté, but et charte GJ, écologie et permaculture, finance et dette, répression-justice-police. Il y a plein de choses et je les afficherai après. Des questions sur le déroulement ? Non. Est-ce que tout le monde à son bulletin de vote ?

————————————— AXE 1 : RIP ————————————–

 

ECHANGES

Yann : On a écrit pour demander un vote de soutien de la plateforme ADP [contre la privatisation des aéroports de paris], un soutien total ou partiel. L’idée c’est d’utiliser la plateforme RIP pour faire des citoyens des acteurs de la démocratie et de les aider à signer. C’est une proposition qui peut être envoyée aux différentes AG pour qu’elles la votent.

 

Jean-Marie : Ça tombe très bien, j’ai été mandaté par un groupe de Saintes pour l’ADA, j’étais déjà à Saint-Nazaire. Le RP de l’Escarmouche a envoyé deux documents : une « charte pour une France et un monde humain » et une contribution stratégique autour du RIC/RIP. C’est une synthèse qu’on a proposée avec Alexandre, cette nuit je me suis réveillé pour la rédiger.

 

Sylvie de Marseille : On est pour un appel pour que les GJ se mobilisent auprès des gens, se montrent et attaquent la légitimité de Macron. On en a besoin pour réenclencher le mouvement.

 

Franck de Metz : Ça fait partie de la question plus globale des services publics qui sont bradés. Il faut rappeler tout simplement ce que c’est que le RIP (la salle : on sait !). Il y a deux aspects là-dedans : ce sont nos députés qui sont venus nous chercher… (la salle l’interrompt : on sait !)

 

H : Sur les deux points, on est entièrement d’accord avec Yann. Chaque AG revote, ça redescend dans les AG. Il faut aller chez les gens pour parler du RIP. Ça permet aussi de parler de l’ensemble des sujets de services publics et de privatisation.

 

Elsa : Pour cet axe on diffuse le texte et il n’y aura pas forcément de vote.

 

La salle : Si, si ! Sinon ça ne sert à rien !

 

Intervention dans le public sans micro : Le principe est que les ronds-points décident, mais il faut pouvoir dire quelle est la tendance de l’assemblée (applaudissements).

 

Elsa : Donc on vote la synthèse. C’est un vote indicatif et après vous redescendez le texte dans les assemblées locales. Est-ce que c’est la peine de relire la synthèse ? On a une demande, on relit la synthèse, ça prend deux minutes.

 

LECTURE DE LA SYNTHESE DE L’AXE 1

VOTE OUI : la synthèse est approuvée.

—————————————- AXE 2 : Capitalisme ————————–

 

ECHANGES

E : On passe à l’axe 2 sur le capitalisme, est ce que je peux avoir les rapporteurs ?

 

Nadine de Cluzes : Nous pensons que nous n’avons pas le choix : nous devons sortir de ce système, sur le plan social et écologique, car il provoque la fin de l’humanité. Son créneau c’est le profit à tout prix et sans limites. C’est complètement illusoire de penser que nous pouvons le réguler. Sa raison d’être est contraire à la prise en compte de l’humain. (salle : c’est entendu). Je suis désolée si je suis hors sujet (salle : rires). Merci de m’avoir écoutée, bonne journée à tous.

 

Elsa : On me souffle que ça serait mieux de lire la synthèse (salle : oui !). Vous vous rappelez que vous m’avez dit non il y a dix minutes ? (salle : rires)

 

 

LECTURE SYNTHESE AXE 2

Jean-Philippe de Metz – a déjà parlé et on n’a qu’un tour de parole par personne et par délégation.

 

Christiane de Pau : au QG [Quartier Général] de Pau, nous pensons que ce texte est très important et nous ne sommes pas d’accord avec la synthèse, qui parle en particulier d’un capitalisme vertueux auquel nous ne croyons pas. Nous avons donc fait entre hier et aujourd’hui un texte de travail.

 

 

LECTURE DU TEXTE :

« Le capitalisme est un système de production de marchandises générant un profit qui repose sur l’exploitation du travail vivant et des ressources de la planète. Le capitalisme est condamné à croître, sinon entre en phase de récession et des crises, et pour croître il doit infiniment, indéfiniment exploiter le travail vivant et les ressources environnementales, les consumer et les faire consommer. Les valeurs doivent croître, le cycle d’accumulation capitaliste doit se poursuivre indéfiniment. Ce système nous contraint et nous condamne à une dynamique d’anéantissement du monde. Comme l’a dit Marx – que je me permets de citer avec un trait d’humour – « c’est un dieu sauvage qui exige de condamner tout ce qui est vivant. » Il faut se libérer de ce mécanisme d’aliénation de la nature et de l’être humain qui n’a d’autre fondement que de se maintenir lui-même de manière illimitée. Le capitalisme doit croître ou mourir. C’est pourquoi les nouveaux visages qu’on nous propose, d’un capitalisme vert, décroissant ou citoyen, ne pourraient résoudre la crise de nos écosystèmes, dont la première cause est l’injustice sociale dans une société de classes. »

 

(la salle : cris, joie, chants anticapitalistes). La salle demande de voter le texte de Pau.

 

Elsa : On va essayer de retrouver le silence. Une toute petite précision : on me dit que les synthèses ne correspondent pas à ce qu’on avait écrit… Il se peut qu’il y ait un souci, mais allez vérifier dehors [les synthèses ont été affichées devant les portes du gymnase]. Je propose qu’on vote deux fois, sur la résolution d’hier et celle de Pau. Il y a eu une synthèse : une centaine de personnes a travaillé dessus… (la salle : c’est l’assemblée qui décide !)

 

Déléguée : Je me permets de prendre la parole, j’étais sur ce groupe. On a l’impression que la synthèse est un gros foutoir, ce n’est pas une résolution. On a fait un listing de choses à mettre en place dans les situations d’urgence et on est venu à la conclusion que cela ne serait qu’une résolution. Et la stratégie, c’est d’en sortir, du capitalisme, mais on ne sait pas comment, c’est un texte de réflexion. On ne peut pas en 2 heures remettre en cause 2000 ans d’histoire du capitalisme.

 

Mathieu de La Rochelle : Bonjour. Le sujet est complexe, moi je voulais intervenir pour apporter une précision qui ne ressort pas dans la synthèse : le capitalisme est une économie et elle fonctionne sur la circulation et la production. Comme la communication est une valeur, nous avons tous un téléphone dans la poche et ça aussi c’est aussi des GAFAM, un système d’exploitation (salle : on le sait !). Le capitalisme c’est la circulation, il me semble que pour les GJ, le problème de la circulation rend la vie invivable (salle : on sait !). Il faut cet après-midi engager une réflexion sur la mobilité… Je vous invite à en discuter cet après-midi.

 

Clown : C’est chouette d’apprendre qu’on n’est pas d’accord.

 

Elsa : On va refixer une règle de fonctionnement. Une fois que tout le monde s’est exprimé, s’il y a un texte à voter, faudrait-il le faire le moment même ou à la fin des discussions sur l’axe ?

 

VOTE NON sur le principe de voter le moment même.

 

Elsa : C’est donc un non à la majorité donc à la fin on revient sur le texte de Pau. (Salle : non ! on ne change pas les règles ! On ne vote pas ce texte du tout, sinon on va tous proposer un texte à chaque fois ! On ne vote pas les interventions !). Quand vous criez, quelque part on le prend pour nous. Prenez vos papiers [bulletins de vote] si vous n’êtes pas d’accord, mais ne criez pas comme ça. Je vais essayer de calmer les esprits : la dame de Pau peut aller au pôle saisie faire des photocopies que l’on mettra à disposition à l’entrée (salle : oui, oui, oui !). On part là-dessus : on ne vote que les propositions des groupes de travail. On va imprimer ou diffuser.

 

Fabien Le Cannet des Maures : Déjà merci à tous parce que ça fait chaud au cœur. Il y a une donnée qu’on n’a pas prise en compte. C’est le temps, on n’en a plus, il faut arrêter de demander à l’Etat de faire les choses à notre place. Cette urgence il faut peut-être le rappeler : on a déclenché la sixième extinction de masse. On n’est pas un regroupement de farfadets et de majorettes ! On est dans un putain de mouvement révolutionnaire !

 

(la salle : applaudissement, cris de joie, chant – « révolution ! révolution ! révolution ! »).

 

Parisiens solidaires : Avant de parler, je voudrais savoir combien j’ai de temps. Quoi ? Deux minutes pour détruire le capitalisme ? (rires). Alors je ne répéterais pas ce qu’a dit la camarade de Metz, je rebondis sur la question du capitalisme : c’est notre aliénation généralisée et elle nous empêche d’inventer quelque chose d’autre. On a peur que si on ne donne pas quelque chose de positif ça sera le chaos, les politiciens tels qu’ils soient nous disent ça parce qu’ils sont organisés en système pyramidal. Nous ne voulons pas de votre monde ! Et qu’est-ce qu’on veut en détruisant ce monde-là ? C’est dans cette lutte-là que vont se créer des idées. Une semaine avant la révolution française les gens étaient contents d’avoir un peu d’argent pour aller voir le roi. Les gens ne se savaient pas ce qui allait se passer.

 

Elsa : Là on arrête les interventions, on a eu l’argumentaire. Est-ce qu’on propose des actions pendant les propositions ?

 

VOTE OUI

 

(Une femme propose une action devant la tribune de manière assez virulente. Moment de flottement, elle quitte la salle très énervée).

 

Isa de Sommières : Hier matin 4 groupes ont travaillé sur cet axe-là, sur le capitalisme. Avec mon groupe, on a fait un texte qui était vraiment super et ensuite on s’est retrouvé pour faire la synthèse de synthèse. Là ça s’est dénaturé et dans l’après-midi, on s’est retrouvé avec complètement autre chose. Et il y a une personne qui trouvait que le capitalisme était vertueux. Ça a été mis sur la synthèse, mais c’est une honte. On ne peut pas dire que le capitalisme est vertueux.

 

Elsa : Le problème c’est que le groupe de l’après-midi ne se soit pas basé sur le groupe du matin. Est-ce qu’on peut prendre en compte les deux synthèses ? Là, c’est du direct, de l’impro totale.… J’ai peut-être une solution : dire que les deux synthèses ne font pas consensus. Est-ce qu’on vote pour que ça soit un support de travail, avec plein d’informations utiles et après on peut les retravailler en AG locale ?

 

Limoges : C’est le seul axe avec une question, donc on vote Oui, Non ou Abstention.

 

Elsa : Est-ce que vous êtes d’accord pour simplement poser la question et y répondre en votant ? Donc je pose la question : doit-on sortir du capitalisme ? (Une dame crie : on n’a pas de mandat de nos assemblées, ce n’est pas à nous de décider ; un homme crie : anticapitalisme !) Ceux qui n’ont pas de mandat mettent un blanc.

 

VOTE OUI

 

Elsa : On va passer au thème de l’ADA pour apaiser les tensions. S’il vous plait, je vous demande le silence.

—————————————– AXE 5 : ADA ———————————-

 

LECTURE SYNTHESE AXE 5

Pierre de Montélimar : La deuxième version qui a été présentée me gêne, car elle ne respecte pas une des synthèses de synthèse. Il y a un aspect qui peut paraître technique :  c’est la question du site web unique. Que ce soit La Ligne Jaune ou un autre, actuellement il n’y a aucun site qui correspond à toutes les fonctionnalités dont on a besoin, et des besoins qu’on va avoir de plus en plus – publication, forum de discussion, propositions, vote des propositions et co-construction d’un ordre du jour au moment de l’ADA, contacts des inscrits, liens directs avec les chaînes YouTube et calendrier collaboratif des évènements.

 

 

ECHANGES

Annie de Besançon : On n’a pas parlé de la réforme de l’assurance chômage.

 

Elsa : C’est hors axe.

 

(brouhaha, Annie quitte la tribune)

 

Fred d’Aurioles : C’est pour rappeler qu’il y a des gens qui nous regardent et qui souffrent beaucoup plus que nous. Quand on va rentrer dans le groupe local on va tomber sur des tensions, mais celui qui m’a volé le sandwich on s’en fout. En 68 on avait nos grands-pères qui y croyaient fort !

 

Pierrick de Vannes : Il faut éventuellement rajouter les points qui manquent pour savoir comment préparer la prochaine ADA. Si on prend l’idée d’élargir les représentants en incluant les représentants des régions, il faudrait voir comment on met ça en place concrètement.

 

Rachid de Châtillon ? (il n’est pas là)

 

Stéphanie : Dans la synthèse du matin, j’aurais voulu mettre une petite phrase pour dire qu’on était tous d’accord pour trouver un but ultime à l’ADA. « Obtenir une première démocratie, écrite par et pour le peuple, dans le but d’une justice sociale, fiscale et environnementale ».

 

Délégué : Il manque un groupe d’étude sur la situation politique actuelle et sur l’état actuel du mouvement des gilets jaunes.

 

Carlos de Montpellier : Deux propositions d’axe ne sont pas contradictoires, mais quel que soit le groupe organisateur de l’ADA il faut qu’il perdure, on ne peut pas dissoudre à chaque assemblée ce qui a été mis en place lors de la précédente.

 

 

SERIE DE VOTES SUR LE THEME DE L’ASSEMBLEE DES ASSEMBLEES :

  • Adopter une commission mandatée, révocable à la prochaine ADA, pour améliorer la visibilité de l’ADA et mieux faire le lien avec les groupes de GJ.

VOTE OUI (1 seul vert, 2 blancs)

 

  • Création d’un journal papier des GJ collaboratif l’ADA, réalisé par un comité de rédaction désigné par l’ADA et révocable, imprimé et diffusé par les groupes de GJ qui le souhaitent.

VOTE OUI (une vingtaine de verts)

 

  • L’ADA appelle à la tenue d’assemblées locales de GJ, pour renforcer son accessibilité. Elle propose d’organiser des assemblées départementales et régionales.

VOTE OUI (trentaine de verts)

 

  • Dans le même esprit, L’ADA examine le « socle commun » proposé par Maxime Nicolle, Priscilla Ludosky et Jérôme Rodrigues et les invite à la prochaine ADA à venir en tant que délégué de leurs groupes respectifs. L’orateur rappelle que cette proposition est faite parce qu’il faut que l’ADA soit représentatif de l’ensemble des GJ. Ce vote est scindé en deux (4A et 4B), car les deux éléments ne correspondent pas à la même chose et le second point est très controversé.

 

4A — Que l’ADA examine le « socle commun » proposé par Maxime Nicolle, Priscilla Ludosky et Jérôme Rodrigues.

VOTE NON

 

4B – Que l’ADA invite les porte-paroles de ce socle commun à participer à la prochaine ADA en tant que délégués de leurs groupes respectifs. Après plusieurs reformulations et un débat houleux, la proposition reformulée est la suivante : l’ADA rappelle que toutes les composantes du mouvement des GJ peuvent participer à la prochaine ADA en tant que mandatés de leurs groupes respectifs.

VOTE OUI

 

  1. Concernant la composition du comité de pilotage pour la prochaine ADA, trois votes ont eu lieu :

 

5.A. est-ce que ce comité sera composé de représentants de plusieurs régions, tirés au sort parmi les mandatés aujourd’hui ?

VOTE OUI

 

5B – Est-ce que ce comité doit inclure les anciens organisateurs des ADA (des représentants de Commercy, Saint-Nazaire, Montceau-les-Mines) ?

VOTE OUI

 

5C – Est-ce que d’autres gens peuvent participer à ce comité de pilotage ? Des groupes qui n’ont pas organisé d’ADA ?

VOTE OUI

 

 

ECHANGES

Sophie Tissier : Comment désigne-t-on les personnes extérieures ? Sur tirage au sort oui ou non ? C’est aussi un point à voter ! Là on est parti sur le tirage au sort des personnes extérieures, mais parmi qui ?

 

(cris, tension générale, des gens se lèvent et Elsa quitte la salle).

 

Fatch : Vous préférez que ça redescende dans les AG ?

 

Jo [organisateur à St-Nazaire] : Il y a eu cette discussion à Saint-Nazaire sur l’organisation de l’ADA. Ce qui est dommage c’est qu’on ne reprenne pas le travail précédent : il y avait eu des garde-fous, notamment pour éviter qu’on ne devienne une bureaucratie. Les modalités d’organisation ne devraient pas aller dans une direction qui vont à l’encontre de ce vers quoi on se bat. Il y avait une très forte vigilance là-dessus et on avait évacué l’idée de pilotage. On n’a pas « copiloté » la troisième ADA : plus on fait ce genre de dispositif, plus on devient une bureaucratie. On a l’idée qu’il y avait une autonomie du groupe organisateur. Ça tourne de groupe en groupe avec un soutien des organisateurs précédents. Le principe est de consulter le plus tôt possible les ronds-points.

 

Versailles : Le mandat est limité à la seule 4e ADA. Aspect technique et pratique : il faut un projet d’ordre du jour au moins un mois avant, renvoyé sous un délai de 10 jours.

 

VOTE OUI

 

——————————- AXE 6 : Convergences ——————————-

 

LECTURE SYNTHESE ACTE 6

Pas de synthèse commune, mais deux groupes auraient retravaillés pendant la nuit et reformulé des propositions.

 

Moment de flottement pendant l’impression de la nouvelle synthèse de synthèses.

 

 

ECHANGES

Alban de Montpellier, rapporteur du groupe : Reprenons le déroulé des deux épisodes : les deux groupes se sont réunis et la synthèse des synthèses c’est ce que je vous ai lu hier. Hier nous avons rediscuté pendant 2 heures et on est arrivés à un résultat assez court que nous proposons au vote.

 

 

 

LECTURE DE L’APPEL :

 

Appel de l’assemblée des assemblées Gilets Jaunes de Montceau-les-Mines pour la convergence des luttes (sociale, démocratique et écologique) afin de faire reculer le gouvernement et d’en finir avec ce système.

Réunis à Montceau-les-Mines, les Gilets Jaunes constatent que si le gouvernement n’a pas encore cédé, il est loin d’être aussi fort qu’il voudrait nous le faire croire. Représentant 10% du corps électoral et ne tenant qu’à l’aide apportée par ceux qui ont empêché la convergence et la mobilisation générale, il prétend pourtant vouloir continuer à marche forcée sa politique de destruction sociale, démocratique et écologique dans le pays.

Ainsi, nous appelons partout à préparer la nouvelle période qui s’ouvre après cette Assemblée.

A chaque fois que les revendications seront communes, allant dans le sens d’en finir avec la misère, la précarité, la casse sociale, ou pour gagner de nouvelles conquêtes nous serons là. Les formes seront variables.

En particulier, nous appelons immédiatement les Gilets Jaunes à soutenir la grève des personnels des urgences par des motions, délégations, rassemblements ou manifestations communes… Nous ferons de même pour l’ensemble des secteurs en lutte en fonction de l’actualité : enseignants, privatisation des barrages, banques, assurance chômage, dans les entreprises…

Défenseur du climat et de la préservation de l’environnement, travailleurs en luttes, chômeurs, mal logés, syndicalistes, associations… à chaque fois que possible, nous serons à leurs côtés, avec les formes d’actions les plus judicieuses, à décider localement dans chacun des groupes et AG de Gilets Jaunes.

Dès l’été, pour contrer la réforme des retraites, nous serons dans la rue, avec les travailleurs et leurs organisations, la population, dans le but de faire reculer le gouvernement, et d’obtenir le retrait de ce projet.

Le but de cette convergence est simple : lever tous les obstacles à l’unité, bloquer le pays afin de faire céder le gouvernement et d’en finir avec Macron et ce système.

 

 

ECHANGES

Michel de Paris-Artistes : Dans le groupe 6 sur la convergence, l’aspect international a attiré pas mal notre attention. J’ai été frappé par le parallèle entre les travailleurs et le peuple algérien. C’est particulièrement important au moment où il y a un très grand nombre de prisonniers politiques pour délit d’opinion et que Macron agit en petit Bonaparte, qui déclare que les gilets jaunes ne sont pas de véritables citoyens. Avoir une opinion politique ce n’est pas être comme les autres. Je propose une motion de soutien au peuple algérien et à tous les prisonniers politiques (plusieurs crient : Tous les peuples, toutes les nations ! Pas que les Algériens !). Il y a des emprisonnés en France, on ne va pas opposer que tous les peuples sont victimes d’oppression. Nous sommes dans un contexte particulier aujourd’hui, avec des rassemblements de Gilets Jaunes tous les samedis, comme leurs camarades tous les vendredis. On est chacun sur une rive de la Méditerranée et nous sommes confrontés à des problèmes très proches. Il y a des emprisonnés en France, on ne va pas s’opposer au fait que tous les peuples sont victimes de la répression, donc je lis ma motion.

 

 

LECTURE DE LA MOTION :

L’assemblée des assemblés de Montceau-les-Mines, dans la droite ligne de l’ADA de Saint Nazaire, réaffirme son soutien du peuple algérien et sa lutte contre  le régime policier corrompu. Elle exige la libération immédiate de Louisa Hanoune et de tous les prisonniers politiques.

 

(brouhaha dans la salle : tous les peuples et les nations !).

 

 

ECHANGES

Nicolas Versailles : Proposition d’une condamnation de la répression à la suite de St Nazaire.

 

Emmanuel de Bellac : Dans la discussion sur le point 6, il faut inviter tous ceux qui y ont participé à se débarrasser de leur avis personnel pour s’adresser à la population. Les GJ ont besoin de se rassembler pour proposer des luttes ensemble.

 

Gilets jaunes de la culture, du groupe « Nous ne sommes pas dupes » au sous-marin jaune : N’hésitez pas à aller sur notre page Facebook et à nous solliciter pour les actions locales que vous souhaitez faire pour que nous puissions avoir une visibilité. On a prévu une pièce de théâtre, des chants, des concerts, des chansons. Nous pouvons créer des groupes de sous-marin jaunes dans votre région.

 

Isabelle de Strasbourg : Comment construire la convergence ? Il faut mettre en relation tous les GJ avec des travailleurs de leurs entreprises, avec syndiqués et non syndiqués. Les syndicats ont tout fait pour nous criminaliser, les directions confédérales vont tout faire pour nous bloquer.

 

Nicolas Belgique : Ce matin j’ai reçu des nouvelles d’une association, sur le site transparencia.be. Il y a une réunion à Paris le 19 juillet, je vous invite à y aller et c’est vous qui allez appliquer la règle dans vos communes. Tout Français, tout citoyen, a le droit de réclamer les comptes et les partis de chaque conseil municipal doivent vous répondre dans les 30 jours. Vous avez le droit de participer à tous les conseils, un droit d’accès aux documents administratif.

 

Tarbes : Je croyais que le but de l’ADA était que les groupes locaux se réapproprient notre travail. Sur Tarbes on a un site pour lutter contre la dictature financière. On appelle chaque groupe de travail à travailler sur le boycott, en sachant que le boycott est interdit par la loi (contestation dans la salle) : si, c’est dans le code du commerce !

 

John de Commercy : Il faut organiser des assemblées locales inter-luttes en conviant les syndiqués et les écolos, pour se retrouver, échanger et militer localement. Avec de petites victoires, on met en place localement la convergence par la base – l’ADA n’est pas une tribune, mais un outil d’intelligence collective.

 

Olivier de Toulouse : A Toulouse on a beaucoup de convergences dans beaucoup de domaines avec des groupes écolos extinction. On participe à des marches, des choses bien organisées et médiatiques de convergences sociales avec les chômeurs, des intermittents, on fait des actions avec eux, des blocages et nous avons une super défense collective. Ils sont soutenus financièrement et on est maintenant en train de travailler sur toute la région. Pas de convergence avec les syndicats, sauf qu’à chaque grève nous sommes ensemble. Nous avons un groupe de commerçants et nous travaillons avec eux. Ensuite l’AG de Toulouse travaille avec les AG de l’Occitanie pour se regrouper.

 

Alain du 63 : LECTURE D’UN TEXTE : « Je voudrais vous faire part d’une désolation, de ma désapprobation sur le travail mené au sein du groupe d’écriture sur l’appel de l’axe 6, Convergences. Désapprobation sur la forme, avec le sentiment d’avoir assisté à une réunion intersyndicale visant à faire passer une motion coûte que coûte. Je voudrais rappeler à cet égard que le principe philosophique de l’ADN des ADA est la prise en compte de toutes nos diversités. Cela invite donc à des formes de travail bienveillantes et inclusives contraires aux dynamiques de rapport de force majoritaire. Cela bien évidemment vaut pour les synthèses, et les synthèses des synthèses dont on constate encore une fois la partialité et une réduction qui ne reflète pas la richesse des débats. Désapprobation sur le fond, car l’appel qui a été arraché hier ne traduit pas les diverses dynamiques en cours ou promues lors des échanges de toute la journée. Si certes les convergences sur le terrain social sont d’actualité et risquent de l’être encore davantage à la rentrée, il est tout aussi important que celles qui visent le mouvement climatique, la culture, l’émergence d’une nouvelle aspiration démocratique au niveau local et national soient promues. Le texte proposé ne traduit pas équitablement cette globalité des luttes et une profonde conscience politique des GJ qui s’est construite au cours de ces derniers mois. Conscience qui vise à une revalorisation économique sociale, climatique, sociale, environnementale et démocratique. Sur tous ces sujets, nous visons à faire émerger la souveraineté de chacun et de tous. Celles et ceux qui hier n’ont pas su se situer dans cette dynamique inclusive ont eu une ‘victoire à la Pyrrhus’. »

 

(cris de contestation dans la salle : vous étiez tous seul hier !)

 

Greg de Valette : Il faut être proactif par rapport à cet appel, au lieu de juste le mettre sur les réseaux. L’idée c’est que les groupes locaux ne puissent pas ignorer cet appel. Il faudrait envoyer un appel vidéo à toutes les unions locales, syndicales et associatives.

 

Jérôme de Haute Savoie : J’ai un petit cadeau pour vous (il se met à déclamer avec la voix du Général de Gaulle) : « Gilet jaune brisé, gilet jaune martyrisé, mais gilet jaune libéré ! » On s’amuse comme on peut ! D’accord avec Montélimar : il faut un seul site internet en place, pour rassembler les sites avec des sous-menus de d’organisation de l’ADA, pour que chacun puisse apporter beaucoup de choses. Peut-être faire un site de la prochaine ADA, que chacun puisse piocher dedans. Pour construire une alliance du peuple, on propose de faire une seule manifestation au mois de septembre, tous habillés avec notre tenue de travail (protestations : c’est hors sujet, c’est pour l’axe action !) Jérôme s’arrête et termine en disant que les GJ de Savoie travaillent avec les GJ de Suisse et d’Italie.

 

Saint-Julien : affirme la similitude entre les travaux effectués dans les groupes et les résultats finaux proposés dans les synthèses.

 

Pierre de Limoux : J’étais GJ en Belgique avant de rejoindre les GJ de Limoux. Au niveau de la convergence internationale, nous sommes des dizaines partout en Europe. On rêve de prendre le véritable pouvoir qui est dans les banques. A la prochaine déflagration financière, il faut prendre les banques centrales, en faire des banques du peuple et sortir de ce capital pourri. Unissons-nous tous dans la convergence, soyons des millions à prendre le vrai pouvoir.

 

Emilie de Saint Nazaire : Nous on appelle à une convergence avec les quartiers populaires, à partir d’un texte « Ripostons à l’autoritarisme » et une réunion avec le comité Adama pour une manifestation en banlieue.

 

Marie-Jeanne du Jura : (elle n’est pas là)

 

 

Guillaume : LECTURE D’UN TEXTE

« Paris 20e : il me semble important qu’on ne puisse pas dénier la démocratie des groupes qui veulent nous rejoindre et plaide pour un appel beaucoup plus large. Défendons nos droits et nos acquis sociaux, retraite, assurance chômage, éducation, climat, droit à la mobilité. Défendons les communs contre les privatisations d’ADP, les barrages hydroélectriques, la FDJ, de l’eau, pour le droit à la dignité. Défendons nos libertés contre les répressions et violences policières. Créons nos propres institutions, le RIC et les assemblées populaires. Créons nos propres médias, web télé, web radio, YouTube. Créons nos propres lieux, maisons du peuple. Convergence avec les luttes nationales et internationales les syndicats de base, les associations, avec les organisations de droit au logement, les parents d’élèves, avec les universitaires, les artistes, les professions juridiques, magistrats, avocats, les mairies de villes et de villages pour agir. Pour toutes ces raisons, nous vous rejoindrons et nous invitons à nous rejoindre. »

 

Raphaël de Paray-Le-Monial : Nous sommes des citoyens avant d’être des camarades, on est un mouvement national avant d’être un mouvement international. Et on est transpartisan. On combat la mondialisation et la domination financière des Etats-Unis. Il faut du localisme.

 

Alban de Montpellier : RELECTURE DE L’APPEL

 

VOTE OUI (4 contre)

—————————- AXE 3 : Assemblées Locales —————————

 

Jean Paul Achères : LECTURE D’UNE PROPOSITION D’APPEL

« L’ADA pour les assemblées citoyennes et populaires. Dans les communes, des quartiers, à l’initiative des Gilets jaunes, le peuple uni dans sa diversité constitue des Assemblées populaires et citoyennes. En se dotant d’outils de démocratie horizontale appliquée, elles décident collégialement de leur fonctionnement, de leur ordre du jour, et affirment leur légitimité. Elles expriment la volonté et les revendications de la population sans autres limites que celles qu’elles se fixent elles-mêmes. Elles se donnent comme un des objectifs, le développement économique des circuits courts, l’autonomie communale énergétique et alimentaire. Elles sont indépendantes des institutions locales, régionales, nationales. Elles réfléchissent à présenter ou non des listes populaires, citoyennes ou gilets jaunes lors des élections municipales, contre la destruction des communes, des biens publics et démocratiques, pour la défense du bien commun. L’ADA invite toutes celles et tous ceux qui sont attachés à la démocratie réelle à se regrouper, à constituer des assemblées citoyennes populaires pour agir et représenter les intérêts de la population laborieuse et à se fédérer entre elles, courage et ferté ! Place aux invisibles, place aux travailleurs ! Lassembleecitoyenne@protonmail.com »

 

VOTE NON : La proposition de soumettre au vote ce texte est refusée.

 

Anita de Nice : L’assemblée citoyenne est un outil majeur de démocratie horizontale. Nous avons besoin de mettre en ligne les ateliers constituants, de centraliser tous ces travaux, en suivant les niveaux communal, départemental, régional et national pour proposer une constitution réalisée par le peuple et non par une « élite jaune ».

 

Isa de Chalon-sur-Saône : On a parlé du vote préférentiel plutôt que majoritaire et ce n’est pas apparu dans la synthèse.

 

Rapporteur Bonneville François Orgelet : Pourquoi pas un vote préférentiel, mais il existe d’autres méthodes – la méthode Condorcet, le scrutin majoritaire. Tout cela est relativement compliqué. Il faut élaborer une université d’été dédiée à cela.

 

Pantin : il existe des projets de gestion communale nouveaux, comme au Rojava. On ne peut qu’inviter l’ensemble des camarades à étudier ce dispositif face à toutes les forces qui menacent notre destruction.

 

Samuel Saint-Laurent-du-Var : Ce que l’on voulait apporter c’est un outil de démocratie horizontale pour arriver avec un ordre du jour, construit de manière plus démocratique. Il est important aussi de centraliser les initiatives locales d’ateliers constituants. Voir : tribusautonomes.fr

 

Jean Paul d’Achères propose de mettre au vote sa motion. Elle n’est finalement pas votée.

 

Approuvez-vous la synthèse des synthèses de l’axe 3 ?

 

VOTE OUI : synthèse validée.

 

Avant la pause, une bénévole rappelle la nécessité de participer à hauteur de 2 à 5 euros pour que les cantines puissent entrer dans leurs frais. Maxence rappelle l’existence d’un stand bibliobus, et du collectif « The chômeuse go on » et du collectif Plein le dos. Explication de l’arbre de Commercy réalisé avec des palettes, où à chacun peut accrocher ses revendications sur un ruban et à le déposer sur l’arbre.

 

 

———————————————– PAUSE REPAS ———————————————

 

 

Pause repas de 13h13 à14 h 40, puis tout le monde regagne progressivement la salle.

 

Quentin GJ Chercheurs : présentation du groupe de gilets jaunes chercheurs et questionnaire.

 

Proposition d’un appel minimaliste contenant les exigences de démocratie directe avec des dates qui sortent. Est-ce que cela vous convient si on travaille sur cet appel ? Ce qui serait bien c’est que les gens qui se mettent à travailler là-dessus restent jusqu’à la fin pour finaliser l’appel.

 

VOTE OUI

 

(chant « même si Macron le veut pas nous on est là… »)

 

 

ECHANGES

Prise de parole libre à des délégations qui ne sont pas passées ce matin. On va faire une prise de parole tirée au sort dans 4 carrés parmi ceux qui n’ont pas parlé, avec prise de parole de deux minutes.

 

Sophie d’Oslon Sainte Marie : ils sont encerclés près de son rond-point par les néo-libéraux qui détruisent les crèches et plus généralement les services publics et promeuvent les énergies fossiles. On est complètement dans la merde parce qu’on n’a pas assez de sous. Le coup du tirage au sort c’était super parce que les gens ne se connaissaient pas. Le patriarcat n’est pas tellement évoqué là-dedans. Nous les filles on est plus nombreuses et il faut qu’on se réveille !

 

(chant : « Gilet jaunes quel est votre métier ? Ahou ahou ahou ! »)

 

Nantes lutte 44 : le rond-point est occupé h24 sur Nantes. Projet municipal d’Evain : LECTURE D’UN DESCRIPTIF

 

Thomas de Haute Loire : présentation de l’association SOS maire.

 

Marc Vigan : Très ému par notre capacité à nous enrichir, même si à Saint-Nazaire il y avait moins de divergences qu’ici. Je voudrais saluer l’organisation parce que c’est super. A St Nazaire, nos votes de délégués étaient indicatifs et c’est les groupes locaux qui ont permis de faire la diffusion locale et en même temps de montrer leur diversité en fonction des validations. Il y a eu des remontées, un peu moins d’une centaine, cette remontée devrait servir de base de travail, redémarrer sur ce socle-là qui permet d’avancer plutôt que de faire de la répétition.

 

Saint-Clair du Rhône : En avril 2020 il faut prendre les mairies, protocole adaptable à chaque situation pour faire le RIC, ce n’est pas leur initiative c’est à nous de l’écrire nous-mêmes, ceux qui sont contre le RIP, venez l’écrire avec nous.

 

Lerins : Proposition pour faire une assemblée constituante pour ajouter à la Constitution, le RIC CARL en toutes matières, mettre en commun tous nos ateliers constituants et souhaite en ce sens la création d’une plateforme.

———————————- AXE 4 : ACTIONS ———————————

 

Deux informations importantes :

  • Outil de mise en relation à l’entrée de la salle pour créer des réseaux militants.
  • Pas de consensus pour toutes les actions dans le groupe, et elles n’ont pas toutes eu la majorité pour éviter qu’il y ait des personnes déçues. On a mis un tableau pluie d’actions pour inscrire les idées de toutes les personnes.

 

Énumération des actions qui font consensus et des autres puis LECTURE DE LA SYNTHESE.

 

Pour la saisie, Charles souhaite retrouver les deux personnes qui ont été rapporteurs dans les groupes du matin, Dorian et François, parce que la photo est floue. C’est la même chose pour Corine.

 

Prise de parole sur inscription pour l’axe 4 : S’il s’agit uniquement d’une date d’action, on vous renvoie vers le panneau.

 

Marie-Françoise de Saint-Marcelin : Décide de ne pas prendre la parole, car les différends n’ont pas été évoqués et ne reflètent pas ce qui a été évoqué dans les groupes de travail.

 

Sophie de « Décla ta manif » : (huée de l’assemblée, Elsa indique que chacun a le droit de s’exprimer pendant 2 min, tous égaux, la pression retombe) Il faut des actions de grande visibilité, positives, et donner envie à tout le monde de rejoindre la manif. Donner une image positive. Certaines actions ont été proposées, mais sont restées minoritaires : habiller toutes les sculptures et les statues en jaune, des actions avec des risques limités. On aimerait porter la proposition de déclaration collective avec un grand nombre de personnes pour créer un rapport de force avec la préfecture. Enfin on voudrait une date à la rentrée que l’on puisse annoncer, par exemple le 7 septembre, et le 21 septembre une convergence avec les manifestations pour le climat. Voilà la date est donnée.

 

(chant : tous tous ensemble ouais ! ouais ! Chant « on est là, on est là…)

 

Olivier de Nièvre : Il faut une association Croix Jaune en défense des droits des gilets jaunes. Nous avons déposé les statuts d’une action collégiale pour recouvrer leur dignité et leurs conditions de vie. Le statut est déposé pour créer une structure solidaire pour l’entraide administrative et juridique.

 

Appel aux volontaires pour l’appel de l’ADA : une dizaine de volontaires se retirent pour aller travailler sur l’appel.

 

Nanterre : Les raisons de la colère sont toujours présentes. L’augmentation de l’électricité décidée en janvier, puis l’autorisation en juin d’une hausse de 5,9%, l’augmentation de la privatisation, la destruction de l’école, la suppression des emplois… Nous devons stopper cette politique, le gouvernement et Macron lui-même. Grande manif, toutes catégories sociales, tous âges, toutes les consciences révoltées, avec les syndicats et appel aux GJ à amplifier leur mobilisation.

 

Laurent de Brest : Parmi les actions proposées : G7 parlementaire les 6 et 7 septembre, préparer des actions dans le cadre de cet évènement. Toute personne intéressée est bienvenue. Par rapport à l’action du 20 juillet avec le collectif Justice pour Adama, parmi les réflexions qui avaient été émises dans le groupe on peut coller des portraits devant les commissariats pour dire qu’on ne pardonne pas, qu’on n’oublie pas les blessés. Merci aux gens de Montceau !

 

Michael de Bayonne : (il est parti)

 

Samy de Lyon Centre : Les synthèses des synthèses posent de gros problèmes, c’est trop compliqué. Il faut un groupe et une synthèse, sinon c’est ingérable. Pour les actions encore plus problématiques, ils ont gardé uniquement ce qui faisait consensus et ont évacué ce qui ne faisait pas consensus. Notre groupe propose une date nationale de convergence avec les blouses blanches, chacun le traduira comme il veut au niveau local, mais il faut une date commune.

 

Elsa : rappel du panneau pluie d’actions. Toutes les synthèses seront diffusées avec tous les groupes locaux.

 

Christophe du Gard : (il est parti)

 

Katy de L’Estrousse : Nous sommes en ADA, avec énormément de villes de France, sans flics ni médias. Alors est-il possible d’avoir une date commune pour toute la France ? On ne peut pas profiter de cette occasion pour trouver une date avant ce soir pour une action ?

 

Elsa : Il y a déjà des dates communes, comme le 14 juillet.

 

Khaled d’Annecy : On est quelques-uns à avoir essayé de se retrouver dehors, dans la tente, pour approfondir la conversation d’une date commune.

 

Kevin de Grenoble : J’avais préparé un tout petit débriefe avec le sens et les enjeux de nos actions, des actions anti-capitalistes pour converger avec le maximum de travailleurs et d’associations. Tous les GJ sont libres de faire leurs actions. Avant de mieux rassembler et sensibiliser, c’est important de donner du sens à nos actions. Il faut nourrir la culture de nos concitoyens. Pas de vacances pour Macron !

 

David de Saint-Denis : Il faut préciser ce qu’on veut faire pour le G7, mais il y a une proposition assez claire de faire une ADA pendant le G7 à Hendaye avec déjà plein de monde. La logistique est prête, c’est un bon moyen de créer une convergence. Ramener dans les ADA ceux qui sont tournés vers les actions. Mais en même temps c’est très compliqué d’organiser une ADA pendant le G7, un « village jaune » c’est peut-être bien – mieux en tout cas que de faire une déclaration, pour enclencher une vraie présence.

 

Jean de Digues : reconstituer des ronds-points partout où il y a des luttes. LECTURE D’UN TEXTE qui se conclut avec : « un mouvement de lutte des classes qui n’ose se l’avouer ».

 

Lelano Rouen : La notion de surprise est toujours très importante. Pour ceux qui mènent des actions article 430-4, si vous dénoncez un délit vous êtes dans le droit le plus complet.

 

Gard : Je voudrais rebondir sur la surprise et proposer une nouvelle voie qu’on pourrait explorer par l’art, des expressions artistiques, faire un énorme vernissage, développer la poétique des gilets jaunes au fil des chemins.

 

Bernard de Saint-Dizier : (il est parti)

 

Manu de l’Isère : Réflexion commune concernant deux modes d’action, le pacifisme et la violence qui ne doivent pas être opposés. Il y a de différentes acceptions de nos manières d’agir. Faisons-nous confiance et acceptons nos différences, notre mouvement est historique. Nous entrerons dans l’histoire ensemble !

 

Christian sous-marin jaune : Notre mouvement est aussi lié à l’échec des partis, aux élites pas à la hauteur. Victoire de la colère que chacun pensait sentir individuellement et qui a aujourd’hui rencontré le plus grand nombre.

 

 

Vote sur la synthèse de l’axe 4

VOTE OUI (l’organisation précise que le vote est consultatif)

 

 

ECHANGES

Elsa : Les GJ du Pays basque proposent à partir du 19 août ou bien une forme d’ADA, ou bien un rassemblement GJ. Les groupes GJ devraient prendre contact avec Biarritz.

 

David de St Denis revient et demande à ce que l’ADA se prononce. Au moins un vote consultatif pour savoir ce qu’on préférerait faire au G7 : ADA ou Village Jaune ?

 

Pau : nous sommes en relation avec ATTAC et des membres du collectif anti-G7 contacté par les 90 organisations qui organisent ce contre-sommet. C’est par LOOMIO, par la plateforme de Saint Nazaire : le contre-sommet du G7 accepte la présence de GJ, ils fournissent un barnum et attendent une réponse, une sorte de déclaration et de montrer que nous sommes d’accord avec l’idéologie du contre G7. C’est autre chose de faire une ADA : les Basques qui vont être occupés ne peuvent pas vraiment le faire. Un village jaune à un contre-sommet du G7 ? Pas question d’aller se faire massacrer à Biarritz.

 

Vote indicatif pour le village jaune :

VOTE OUI (des personnes qui sont contre protestent, car il n’y a pas eu de débat)

——————– CANDIDATURES AUX PROCHAINES ADA ——————-

 

Présentation des 4 candidats à la prochaine AG des AG (et un pour la suivante). Les personnes qui viennent présenter une candidature doivent être mandatées par leur groupe. On ne votera pas aujourd’hui, on redescend le texte dans les AG locales et on choisit après. Juste un vote consultatif.

 

Carlos de Montpellier : AG de Montpellier Centre dans le Sud. Pour profiter du soleil dans la deuxième moitié de septembre. Les arguments : ce serait la première ADA dans le Sud, on compte demander l’aide de Toulouse à Marseille. La dernière fois à Saint Nazaire on a déjà posé notre candidature, nous avons déjà commencé à travailler et ouvert une maison du peuple. On est très investis dans l’assemblée des assemblées et on fera tout pour vous vous sentiez chez vous. On prévoit l’organisation avant d’un festival jaune. La candidature a déjà été validée par l’AG locale. On demande à tous les groupes alentours de venir qu’on puisse se rencontrer. La plupart nous ont déjà affirmé notre soutien et de toute façon ils seront présents au G7.

 

Clermont-Ferrand : Candidature entre l’automne et l’hiver : plutôt pour l’ADA d’après. Grande dynamique avec tous les groupes de l’agglomération, un très beau site que pourrait nous fournir une municipalité près d’un plan d’eau, une candidature portée par les groupes locaux de l’agglomération. Il a été décidé que cette candidature porte davantage sur l’ADA N°5.

 

Langon (à 40 km de Bordeaux) : On vient de Saint-Macaire en Gironde, on a une cabane sur un terrain privé, 101 m2, un marché citoyen et une inter-co. On aurait déjà le matériel pour accueillir une bonne partie de l’ADA. 40 GJ actifs sur le terrain, 100 personnes régulières qui tournent autour de cette cabane, 16 marchés depuis mars. L’inter-co Gironde, c’est 15 groupes qui vont nous donner un coup de main. Matériel : quasiment tout. Date proposée : deuxième partie de septembre.

 

Fréjus : Nous sommes mandatés par les gilets jaunes regroupés en association collégiale. Un groupe qui fonctionne avec le Muy, Puget, le Cannet. Pour la date ça sera environ la deuxième semaine de septembre. Il y a une cabane sur le rond-point de Cargalon et le soutien du maire Monsieur Racheline (contestations dans la salle : mais Racheline !) – oui, c’est notre maire, il nous soutient et il y a possibilité d’avoir une salle des fêtes ou un gymnase.

 

Aurillac : Le retour qu’on a chaque fois sur les ADA, c’est « à quoi ça sert ? » Nous on sait, notre position c’est de proposer ou de faire quelque chose de concret qui s’inscrit durablement dans notre mouvement.  Les gilets jaunes en colère d’Aurillac proposent l’ADA sur plusieurs axes : maisons et jardins du peuple en permaculture, autogestion et communication sur la non-violence, des conférences. Faire des ateliers pour expliquer les textes de loi et leur révision, proposition de nouveaux textes. L’ensemble des processus sont construits de manière participative et un tract sera distribué nationalement. Aurillac accueillera les artistes du 23 au 25 août. Dates proposées de l’ADA : autour du 23 et 28 août.

 

 

 

VOTES DES CANDIDATURES (consultatif) :

Montpellier : 48 OUI

Clermont pour l’ADA 5 : 42 OUI

Langon : 44 OUI

Fréjus : 13 OUI

Aurillac : 23 OUI

 

Angers : On va devoir partir, on est sur le terrain depuis le 17, et beaucoup de choses m’ont plu. Faut pas oublier pourquoi on a mis le gilet : moi j’ai ressenti quelque chose de très fort aujourd’hui, et en même temps quelque chose m’a choqué par rapport à la façon dont Sophie [Tissier] a été (mal) accueillie : on est là pour une seule chose et il faut se rassembler et non pas se diviser. J’approuve 100% de ce qui s’est passé à part les clivages. Je lâcherai jamais le GJ !

 

Petit Jean monte sur l’estrade. On présente son projet de marche contre les attaques dont les médics comme lui font l’objet de la part des forces de l’ordre. Il cherche quelqu’un pour conduire son véhicule, car il part demain matin entre 6h et 7h. Il a besoin d’un chauffeur pour aller jusqu’à Fontaine la Mer. « Il faut prévoir de petits bonds de 3 km et à chaque fois que la voiture s’arrête, je prends de l’eau et des aliments, puis avance de nouveau ».

 

 

 

RETOUR DU GROUPE DE TRAVAIL SUR L’APPEL :

Hélène Mâcon : ça me dérange qu’on utilise les termes de « remonter » et « redescendre » dans les AG.

 

GJ : je ne crois pas avoir eu une hallucination collective sur le capitalisme, là le terme n’apparaît même pas !

 

Un membre du groupe de travail : on n’a pas retenu le mot parce qu’effectivement dans notre groupe les trois quarts des gens ne savent pas ce que c’est que le capitalisme, ils veulent juste mieux vivre ! (chants : Anti, anticapitaliste !)

 

Jo : j’ai déjà assez parlé et trop par rapport à mon rôle. Je décide de me retirer du groupe, car il n’y a plus assez de monde dans la salle.

 

Il est finalement décidé que le groupe se remette au travail pour élaborer un nouvel appel qui par la suite sera envoyé aux assemblées locales qui feront un retour sur ce dernier. Suite à ces retours, l’assemblée de Montceau rédigera et fera un appel vidéo.

 

 

 

*

*   *

FIN DE COMPTE-RENDU

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *