Le serment du Gilet Jaune

Le 20 Juin 1789, le Tiers État, interdit de séances officielles des États Généraux, méprisé par la Monarchie, a squatté une salle de sport royale, le « Jeu de Paume, » pour se réunir à part et discuter de leurs droits. Et ils ont fini par prêter serment de ne pas se séparer avant l’élaboration d’une Constitution. C’est l’origine de la Première République.

Comme le Tiers État en 1789, nous ne représentons RIEN dans l’ordre politique de 2019 – bien que fortement majoritaire dans le pays. Comme le Tiers État d’alors, nous avons en face de nous un Roi, Emmanuel 1er, qui ne veut rien céder sans que nous l’y obligions.

Comme le Tiers État, nous avons en face de nous une noblesse d’argent, le MEDEF, la Bourse, qui vit de notre travail et qui cherche à nous voler le peu d’acquis qui nous restent pour accroître encore leurs bénéfices.

Comme le Tiers État, nous avons en face de nous un nouveau Clergé qui nous promettent un paradis, nous prient de prendre notre mal en patience, et nous divisent – afin de garder leurs places à la table du Monarque et de sa Noblesse. Il se compose de médias achetés aux bottes du gouvernement, d’intellectuels complices, de partis politiciens de droite et de gauche qui briguent des places à la cour, et même d’ adversaires attitrés, le haut Clergé rouge du mouvement ouvrier qui, au lieu de s’unir et mener leurs adhérents à la résistance, tel des Cardinaux égrainent des chapelet de grèves perlés et d’actions isolées :  tactique défaitiste faite pour égarer ses brebis et les servir en pâture aux loups de la finance avec qui ils s’attablent.

Tous ces valets des riches craignent notre pouvoir. Celui du Peuple souverain. Rien ne fait plus peur au Monarque « élu, » à la Noblesse financière et au Clergé bureaucratique, que le cauchemar d’une véritable grève générale soutenue partout par les blocages de Gilets Jaunes et par le public, qui en a marre depuis longtemps.

Comme le Tiers État en 1789, ensemble nous représentons la majorité du pays qui travaille. Nous, Gilets Jaunes, sommes pour la plupart des travailleurs indépendants, retraités, chômeurs, travailleurs précaires, artisans et employées de petites entreprises dispersées. D’autres sont travailleurs/euses des grandes industries, des services publiques et des métropoles qui peuvent se syndiquer et faire la grève. Beaucoup entre eux portent des gilets jaunes avec l’autocollant rouge de leur syndicat.

Ensemble nous faisons tout le travail du pays et ensemble nous pouvons le bloquer et enfin nous faire entendre. Avec nous sont les écologistes, qui comprennent que « Fin du monde/Fin du mois » font un seul combat, et les jeunes, les minorités, à qui on vole leur avenir.

Voici six mois que nous, les Gilets Jaunes, nous luttons, seul.e.s, de toutes nos forces pour freiner le rouleau compresseur néo libéral de ce gouvernement autoritaire – au risque d’arrestations, de blessures, et même de mort/es. Malgré la répression et les calomnies que le gouvernement et les médias déferlent sur nous semaine après semaine, nous continuons à tenir et le public continue à nous approuver nos buts. Mais pour combien de temps encore ?

Aujourd’hui est arrivée l’heure de la “Grande Convergence”. Il est temps que les travailleur /euses entreprennent une contre-offensive pour reprendre leurs droits et que les Gilet Jaunes et tout le pays les soutiennent à fond, en bloquant et emmerdant les patrons, en montant des caisses de soutien, etc.

Ensemble, nous pouvons bloquer le pays jusqu’à que le pouvoir cède. L’unité fait la force. Battons-nous uni.es, car nous avons les mêmes ennemis et les mêmes objectifs.  Faisons donc comme le Tiers Etat de 1789 ! Prêtons serment de ne pas nous séparer avant d’avoir mis FIN aux attaques contre notre bien-être et nos libertés. Jurons de rester ensemble pour nous battre et pour gagner une nouvelle constitution plus démocratique !  Ne lâchons rien !

Rédaction : Richard

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *